7 novembre > 1 décembre 2018 réserver
grande salle • 1h50 environ
texte Anton Tchekhov
mise en scène Christian Benedetti


avec Vincent Ozanon, Laure Wolf, Philippe Lebas, Philippe Crubézy, Brigitte Barilley, Alix Riemer, Yuriy Zavalnyouk, Lise Quet, Nicolas Buchoux, Christian Benedetti, Antoine Amblard, Martine Vandeville, Alex Mesnil

traduction Brigitte Barilley, Christian Benedetti, Laurent Huon
scénographie Christian Benedetti, Emma Depoid
lumière Dominique Fortin
assistants à la mise en scène Élodie Chamauret, Alex Mesnil

production : Théâtre Studio – Cie Christian Benedetti I coproduction : Espace Marcel Carné – Saint-Michel-sur-Orge, Athénée Théâtre Louis-Jouvet, ! Poc, Pôle culturel d’Alfortville I avec le soutien de l’ADAMI, du Jeune Théâtre National, de l’Ensatt, et du Fonds d’insertion pour jeunes comédiens de l’ESAD – PSPBB

Pour l’avant dernière étape de son intégrale Tchekhov, Christian Benedetti se confronte à Ivanov, œuvre d’un Tchekhov de 27 ans.



Jouer tout Tchekhov… Peut-être est-ce moins titanesque comme entreprise que de jouer tout Shakespeare, mais c’est tout de même considérable. D’autant que, nul ne l’ignore, il y a tout dans Tchekhov – joies, peines, grandeurs, mesquineries, amours et regrets éternels –, alors imaginez : dans tout Tchekhov… 

Pour l’avant-dernière étape de ce compagnonnage initié en 2011, Christian Benedetti se confronte à la “première pièce” du répertoire, peut-être la plus méconnue : Ivanov, œuvre d’un Tchekhov de 27 ans. Grâce à une nouvelle traduction est remise à jour la construction première du texte, inquiète, tendue, haletante : “chacun des quatre actes s’achève sur une surprise ou sur un choc. Leur violence va croissant à mesure qu’avance le drame”. Pour le reste, Christian Benedetti conserve le principe qui a fait le succès de ses précédents spectacles : un tempo de jeu rapide, pour un texte servi à l’os. “Ivanov est et sera ce que chacun veut qu’il soit, écrit-il. Il est comme une toile sur laquelle chacun projette ses rêves ou ses fantasmes. Un portrait en forme d’énigme : mélancolie, spleen, déprime, cafard, bourdon, tristesse, angoisse … Et s’il ne s’agissait que du chagrin ?”

 
on en parle...
"Le théâtre de Christian Benedetti est tout sauf austère. Il y a de l’énergie sur scène. Cela va à toute vitesse. Il monte Tchekhov avec une vitalité impressionnante." - Sceneweb -