Athénée Théâtre Louis-Jouvet | La Douleur

La Douleur

grande salle • 1h20 • Théâtre - Les retardataires ne sont pas acceptés en salle
Partager sur :

Présentation

Les retardataires ne sont pas acceptés en salle.

Une Douleur exhumée, inattendue et qu’on retrouve pourtant avec plaisir : l’Athénée reprend une adaptation de Marguerite Duras mise en scène en 2008 par Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang. Écrit en 1985, ce récit autobiographique suit l’auteure dans un parcours insupportable miné par l’attente. A Paris, en 1945, seule, elle cherche à savoir ce qu’est devenu son mari, l’écrivain et résistant Robert Antelme, alias « Robert L. », déporté politique en juin 1944 en Allemagne. Par-delà la description du chaos de l’époque (« la Résistance, la Libération, les camps, cette période impensable et qu’on a oubliée », expliquait Chéreau), ou de celle des soldats retrouvant leur foyer, le texte interroge l’incassable fragilité de l’espoir et les modulations du sentiment amoureux. Marguerite retrouvera-t-elle son mari ? Dans quel état ? Quel amour après l’absence ? Après la résurrection ?

Sur scène, Dominique Blanc, complice de Chéreau qui l’avait dirigée dans Phèdre ou encore Peer Gynt, s’empare à nouveau du récit de Duras, pour lequel elle avait reçu le Molière de la meilleure comédienne en 2010. Et, en l’absence du metteur en scène décédé en 2013, Thierry Thieû Niang supervise la reprise de leur travail commun. Une résurrection, artistique cette fois, d’un monologue terrible que l’auteure décrivait ainsi en préambule de son texte : « La douleur est une des choses les plus importantes de ma vie. » A l’époque, peut-être était-elle même sa vie.



En tournée en 2022.23
13 – 18 décembre 2022, Théâtre des Bernardines, Marseille / Mardi 23 mai 2023 Maison des Arts, Thonon-les-Bains /
Jeudi 25 mai,
Le Mail, Soissons / 30 – 31 mai La Coursive, La Rochelle / 02 – 03 juin, Théâtre National de Nice /
06 – 08 juin
MC2, Grenoble / Mardi 13 juin, Anjou Festival, Angers


Une Douleur exhumée, inattendue et qu’on retrouve pourtant avec plaisir : l’Athénée reprend une adaptation de Marguerite Duras mise en scène en 2008 par Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang. Écrit en 1985, ce récit autobiographique suit l’auteure dans un parcours insupportable miné par l’attente. A Paris, en 1945, seule, elle cherche à savoir ce qu’est devenu son mari, l’écrivain et résistant Robert Antelme, alias « Robert L. », déporté politique en juin 1944 en Allemagne. Par-delà la description du chaos de l’époque (« la Résistance, la Libération, les camps, cette période impensable et qu’on a oubliée », expliquait Chéreau), ou de celle des soldats retrouvant leur foyer, le texte interroge l’incassable fragilité de l’espoir et les modulations du sentiment amoureux. Marguerite retrouvera-t-elle son mari ? Dans quel état ? Quel amour après l’absence ? Après la résurrection ?

Sur scène, Dominique Blanc, complice de Chéreau qui l’avait dirigée dans Phèdre ou encore Peer Gynt, s’empare à nouveau du récit de Duras, pour lequel elle avait reçu le Molière de la meilleure comédienne en 2010. Et, en l’absence du metteur en scène décédé en 2013, Thierry Thieû Niang supervise la reprise de leur travail commun. Une résurrection, artistique cette fois, d’un monologue terrible que l’auteure décrivait ainsi en préambule de son texte : « La douleur est une des choses les plus importantes de ma vie. » A l’époque, peut-être était-elle même sa vie.

En tournée en 2022.23
13 – 18 décembre 2022, Théâtre des Bernardines, Marseille / Mardi 23 mai 2023 Maison des Arts, Thonon-les-Bains /
Jeudi 25 mai,
Le Mail, Soissons / 30 – 31 mai La Coursive, La Rochelle / 02 – 03 juin, Théâtre National de Nice /
06 – 08 juin
MC2, Grenoble / Mardi 13 juin, Anjou Festival, Angers

Distribution

Sous l'oeil de Thierry Thieû Niang

Création et régie lumière Gilles Bottachi • Régie son distribution en cours • Régie générale Paul Besnard

Production : Les Visiteurs du Soir
Le texte de Marguerite Duras La Douleur est publié chez P.O.L.


Autour du spectacle

Une rencontre avec Dominique Blanc aura lieu en bord de plateau, à l'issue de la représentation du mercredi 7 décembre.

Vous aimerez sûrement aussi...

On en parle...

Depuis novembre 2008, Dominique Blanc poursuit une tournée sans fin avec « La Douleur », monologue sur la déportation de Marguerite Duras. Un rôle qui lui a valu un Molière et qu’elle ne veut plus quitter.

- Libération -

Dominique Blanc imprègne le texte de sa présence, intense, sensible, à fleur de peau, et rend palpable la douleur.

- Le Journal du Dimanche -

Dominique Blanc poursuit une aventure de théâtre hors normes avec le texte de Marguerite Duras : une aventure qui a de grandes chances de s’inscrire dans l’histoire du théâtre à l’égal de celle de Madeleine Renaud avec « Oh les beaux jours » de Samuel Beckett.

- Le Monde -

Seule sur scène, Dominique Blanc porte ce texte avec simplicité, au plus près de l'energie du désespoir. 

- Dauphiné Libéré -