Athénée Théâtre Louis-Jouvet | La Scala di Seta

La Scala di Seta

grande salle • 1h30 • Opéra-Théâtre,
chanté en italien, surtitré en français
Partager sur :

Présentation

Mesdames et messieurs, défile maintenant sous vos yeux la grande cohorte des talents de demain - voire d’aujourd’hui. Comme chaque année, l’Académie de l’Opéra de Paris fait valoir les progrès de ses artistes en résidence dans ses propres productions, lors de festivals hors les murs pour des opéras en version de concert ou des récitals, mais aussi dans d’autres lieux partenaires, dont l’Athénée, pour des œuvres mises en scène. La structure professionnalisante de la grande maison lyrique parisienne, qui forme chanteurs, musiciens, chefs de chant et metteurs en scène, y propose cette saison un détonnant Rossini, La Scala di Seta, farce en un acte oubliée aux marges du répertoire.

La “scala di seta”, c’est “l’échelle de soie” qu’utilise Dorvil pour rendre visite à sa dulcinée, Giulia, sans que son tuteur, Dormont, ne le découvre. Ce dernier veut unir Giulia au riche Blansac et a déjà organisé ses fiançailles. Ce livret buffa de Giuseppe Maria Foppa signe la deuxième de ses trois collaborations vénitiennes, étalées de 1812 à 1813, avec le compositeur du Voyage à Reims, à jamais élégant dans la légèreté (en témoigne la brillante ouverture de cette Scala). 

Dirigé par la New-Yorkaise Elizabeth Askren, l’opéra est mis en scène par Pascal Neyron qui s’est déjà frotté à l’univers rossinien dans un Barbier de Séville pour la Fabrique Opéra. Aux artistes en résidence à l’Académie désormais de transformer ce tremplin en une courte échelle vers les sommets du lyrisme.


Mesdames et messieurs, défile maintenant sous vos yeux la grande cohorte des talents de demain - voire d’aujourd’hui. Comme chaque année, l’Académie de l’Opéra de Paris fait valoir les progrès de ses artistes en résidence dans ses propres productions, lors de festivals hors les murs pour des opéras en version de concert ou des récitals, mais aussi dans d’autres lieux partenaires, dont l’Athénée, pour des œuvres mises en scène. La structure professionnalisante de la grande maison lyrique parisienne, qui forme chanteurs, musiciens, chefs de chant et metteurs en scène, y propose cette saison un détonnant Rossini, La Scala di Seta, farce en un acte oubliée aux marges du répertoire. La “scala di seta”, c’est “l’échelle de soie” qu’utilise Dorvil pour rendre visite à sa dulcinée, Giulia, sans que son tuteur, Dormont, ne le découvre. Ce dernier veut unir Giulia au riche Blansac et a déjà organisé ses fiançailles. Ce livret buffa de Giuseppe Maria Foppa signe la deuxième de ses trois collaborations vénitiennes, étalées de 1812 à 1813, avec le compositeur du Voyage à Reims, à jamais élégant dans la légèreté (en témoigne la brillante ouverture de cette Scala).  Dirigé par la New-Yorkaise Elizabeth Askren, l’opéra est mis en scène par Pascal Neyron qui s’est déjà frotté à l’univers rossinien dans un Barbier de Séville pour la Fabrique Opéra. Aux artistes en résidence à l’Académie désormais de transformer ce tremplin en une courte échelle vers les sommets du lyrisme.

Distribution

Musique Gioacchino Rossini • Livret Giuseppe Maria Foppa • Direction musicale Elizabeth Askren • Mise en scène Pascal Neyron

Chorégraphie Dominique Mercy • Scénographie Caroline Ginet • Costumes Sabine Schlemmer • Dramaturgie Charles-Alexandre Creton • Avec les artistes en résidence à l'Académie de l'Opéra national de Paris , les Musiciens de l’Orchestre-atelier Ostinato

Production : Académie de l’Opéra national de Paris

La saison d’Opéra-Théâtre de l’Athénée Théâtre Louis-Jouvet bénéficie du généreux soutien de Madame Aline Foriel-Destezet.

À voir et à entendre