7 > 30 novembre 2019 réserver
grande salle • 1h15
texte Samuel Beckett
mise en scène Jacques Osinski
avec Denis Lavant


scénographie Christophe Ouvrard
lumières Catherine Verheyde
son Anthony Capelli
costumes Hélène Kritikos

compagnie l’Aurore Boréale | coréalisation : Théâtre des Halles Scène d’Avignon, Athénée Théâtre Louis-Jouvet | soutien : Arcal (accueil en résidence de création)

La première aussi !



Beckett encore ! Après avoir essuyé ensemble les tempêtes de Cap au pire, Jacques Osinski et Denis Lavant s’attellent à la magnétique Dernière Bande.  À chacun de ses anniversaires, Krapp enregistre ses états et ses actions de l’année écoulée. Pour un soir, son vieil être avachi et son jeune être disparu vont dialoguer par magnétophone interposé…  L’écrin rêvé pour un comédien indomptable, et, pour le metteur en scène, “la pièce de théâtre parfaite”.

En partenariat avec France Culture, Télérama et Transfuge

vous aimerez sûrement aussi...
 
on en parle...
Dans le « off » d’Avignon, l’acteur interprète, seul en scène, « La Dernière Bande », de Samuel Beckett, et comme son héros sur scène, il revient ici sur son parcours.   - Le Monde -

« Dirigé par Jacques Osinski, Denis Lavant et son corps caoutchouc, son visage buriné, emplit de sa force et de sa grâce singulières ce solitaire déjà en équilibre entre vie et mort, déjà dans l’eau delà. » Fabienne Pascaud 

- Télérama -

« Ce que réalise Denis Lavant en vieux clown fatigué et désarticulé est proprement stupéfiant. Et vous saisit à la gorge. Dans son vieux costume élimé, c’est tout l’art du comédien qu’il nous fait toucher du doigt. » Jean-Pierre Han

- Théâtres Écritures Frictions -