Athénée Théâtre Louis-Jouvet | Rien ne se passe jamais comme prévu

Rien ne se passe jamais comme prévu

Kevin Keiss, Sylvain Jacques, Lucie Berelowitsch


grande salle • 1h40
partager sur :
texte inspiré du conte L'oiseau de feu Kevin Keiss
musique Sylvain Jacques
mise en scène Lucie Berelowitsch


le père Jean-Louis Coulloc'h
la mère Alisa Estrina
Jonas Jonathan Genet
Macha Mathilde-Edith Mennetrier
la fille-fôret Estelle Meyer
Vladimir Nino Rocher
le musicien Grégoire Léauté

scénographie Hélène Jourdan
costumes Pauline Kieffer
création sonore Sylvain Jacques
création lumières François Fauvel, Kelig Le Bars
création vidéo Yann Philippe, Baptiste Klein
assistant son Mikael Kandelman
construction décor les ateliers de la comédie de Caen

production : Le Préau CDN de Normandie – Vire / les 3 sentiers  
coproduction : Comédie de Caen, CDN de Normandie, Théâtre Paris-Villette dans le cadre de la résidence associée 2018 au grand-parquet, Théâtre de Choisy le Roi – Scène conventionnée pour la diversité linguistique, Théâtre des Salins – Scène nationale de Martigues 
coréalisation : Athénée Théâtre Louis-Jouvet 
avec le soutien du Ministère de la Culture – DRAC Normandie, du département de la Manche, de la région Normandie et de la Chartreuse Centre national des écritures du spectacle avec la participation artistique du Studio d’Asnières-ESCA | Le projet bénéficie de l’aide au compagnonnage auteur du Ministère de la Culture.

conte musical explosif

« Il semblerait que tout commence par un arbre », écrit Kevin Keiss, qui, avec la metteure en scène Lucie Berelowitsch propose cette version contemporaine, aventureuse et bien sûr musicale de L’Oiseau de feu. L’action se déroule désormais « dans la lointaine banlieue d’une grande ville, où vit une famille qui possède un pommier. Le dernier pommier dans un monde où la végétation se fait rare et où les oiseaux ont totalement disparu ». Aux racines du spectacle, l’éternité du conte russe, mais aussi des sources d’inspiration aussi diverses qu’Andersen, Maeterlinck ou Marguerite Duras… « Stravinsky a utilisé des chansons populaires et folkloriques russes pour composer sa musique, nous souhaitons la nôtre populaire et contemporaine, mais avec des influences de racines archaïques, folkloriques, explique Lucie Berelowitsch. Nous avons travaillé sur des chansons originales, pop-rock, inspirées des thèmes de Stravinsky, qui s’entremêlent de chœurs et de bourdons issues de chansons folkloriques russes ».
Nouveau plumage, éternel ramage, ce drôle d’oiseau revient aussi à des questions essentielles : qu’hérite-t-on de ses parents, des générations qui nous ont précédés ? Que choisit-on de son héritage ? Comment se transmet la mémoire familiale ?
 
on en parle...

« Rien ne se passe jamais comme prévu, de Kevin Keiss, dans une mise en scène de Lucie Berelowitsch transporte le conte L’oiseau de feu dans un futur ou même les volatiles ont disparu. » Gérald Rossi, 18 mars 2019

- L'Humanité -

« Lucie Berelowitsch signe un spectacle musical, une ode mélancolique au temps qui passe, qui tient autant du récit d’anticipation que d’un conte fantasmagorique ou d’une vision extatique, kaléidoscopique d’un monde perché, où Rien ne se passe jamais comme prévu. » Olivier Frégaville-Gratian d’Amore 

- L'Oeil d'Olivier -

« La force de ce spectacle reste néanmoins de nous offrir une forme imprévisible, où les interprètes passent de la prose à la litanie et de l’univers réaliste d’un théâtre dialogue à une planète inconnue, où des créatures mystérieuses profèrent des mélopées ensorcelantes. » Florence Filippi

- I/O Gazette -

« Le spectateur embarqué dans ces dérives ne reviendra au port qu’après le final, en se levant quelque peu engourdi. Longtemps après, il émettra des hypothèses invérifiables. Putain de conte à dormir debout ! Mais n’en est-il pas ainsi de tous les contes ? (…) » Jean-Pierre Thibaudat 

- Médiapart -